"Lîle sous la mer" de I. ALLENDE - "Le lait de la terre" de A. BERTRAND

« L'île sous la mer» d'Isabel ALLENDE - Roman historique
1770, Saint-Domingue.
Zarité Sedella, dite Tété, a neuf ans lorsqu'elle est vendue comme esclave à Toulouse Valmorain, jeune français tout juste débarqué pour prendre la succession de son père, propriétaire terrien mort de syphilis.Arité va découvrir la plantation, avec ses champs de canne à sucre et les esclaves courbés sous le soleil de plomb, la violence des maîtres, le refuge du vaudou. Et le désir de liberté. Car entre soldats, courtisanes mulâtres, pirates et maîtres blancs, souffle le vent de la révolte.Lorsque Valmorain, réchappé de l'insurrection grâce au courage et à la détermination de son esclave, parvient à embarquer pour La Nouvelle-Orléans, Tété doit le suivre.
Mais la lutte pour la dignité et l'émancipation ne peut être arrêtée...Aventure, exotisme, magie, L'île sous la mer est un magnifique portrait de femme, une histoire d'amour et fresque historique, qui entraîne le lecteur de Saint-Domingue à la Louisiane, des plantations de canne à sucre aux maisons de jeux de la Nouvelle-Orléans, des demeures de maîtres aux bordels de mulâtresses.Une magnifique ode à la liberté, un hommage bouleversant à la première révolution des esclaves de l'histoire. 

« Le lait de la terre » de Alain BERTRAND

Ce roman n'est pas qu'une histoire d'amour entre un professeur de littérature bruxellois venu s'installer en Ardenne et une paysanne locale productrice de yoghourt bio. Il évoque la condition actuelle de nos agriculteurs et relate les grandes manifestations durant lesquelles des litres et des litres de lait ont été sacrifiés et déversés sur les champs. Tandis que la poésie de la phraséologie de l'auteur belge établi à Bastogne enchante les lecteurs, l'évocation des produits de notre terroir émoustille le palais des gastronomes. Et de détourner les propres mots de l'auteur rédigés à propos d'un de ses personnages : ce récit « répand sur les papilles l'âme de l'Ardenne, fleurée de lard, de foulard à pois et de crème fraîchement tirée du pis ». 
Tout simplement : un livre à savourer…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire