A l'honneur Agnès MARTIN-LUGAND

AGNÈS MARTIN-LUGAND

C'est d'abord sur la toile en auto-édition que les internautes ont pu découvrir cette romancière française avec son premier titre "Les gens heureux lisent et boivent du café". Très vite, elle a été repérée par la maison d'Editions Michel Lafon qui a alors publié son roman dans une version traditionnelle papier et l'a même traduit dans plusieurs langues et ce, dans 20 pays. En juin 2014, le même éditeur ajoute à son catalogue un deuxième titre : "Entre mes mains le bonheur se faufile".
Agnès Martin-Lugand étant psychologue de formation, l'on comprendra aisément son don pour aborder les états d'âme de ses personnages.

Certains diront que son premier roman au titre accrocheur réunit tous les ingrédients d'un roman à l'eau de rose comme notamment le bel homme renfrogné au début dont l'héroïne tombera dans les bras par la suite. N'empêche que la lecture en est plaisante par la plume fluide de l'écrivaine tandis que le thème abordé comme le deuil (et la vie qui continue malgré tout) donne une autre dimension à la romance.

Extraits de "Les gens heureux lisent et boivent du café" :
« Avec lui j'apprenais à ne pas parler pour ne rien dire. »
« Ils étaient partis en chahutant dans l’escalier. J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture, au moment où le camion les avait percutés. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux.»

Quant à son second titre, il raconte le parcours d'une jeune femme lasse de son travail au sein d'une banque et passionnée par la couture depuis sa plus tendre enfance. Celle-ci décide de se reprendre en main en partant à Paris pour suivre une formation en laissant son mari en province. On y retrouve le même univers que dans son premier roman mais, avec pour thème cette fois, la recherche de son identité et la réalisation de ses rêves.

Bref, des romans "détente" faciles à lire mais, en fin de compte, interpellants ...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire